Logo

CNH Industrial optimise ces cadences entre le robot de soudage et l'opérateur

Avec plus de 35 ans d'expérience en robotisation du soudage, le fabricant de machines agricoles CNH Industrial a été témoin de l'évolution technologique depuis la phase pionnière. Malgré l'automatisation poussée du département de production MBU3 (atelier de soudure) de l'usine belge, les responsables voient encore un potentiel d'amélioration sur l'efficacité. Pour cela, CNH Industrial passe à l'étape suivante du programme "World Class Manufacturing" pour son département dédié au soudage. Dans ce projet, CNH Industrial aborde la production d'une manière différente, en éliminant les temps d'attente, en réduisant les stocks et en optimisant considérablement l'équilibre entre le robot de soudage et l'opérateur.

CNH Industrial

Évolution de la technologie des robots de soudage

Une étude de marché approfondie, il y a plus de 20 ans, a marqué le début de la collaboration à long terme entre CNH Industrial et Valk Welding. Depuis, 20 robots de soudage Panasonic ont été installés, avec 4 différentes générations de robots. Les premiers sont toujours en service. "Bien qu'ils n'aient pas de problème, que les pièces sont toujours disponibles et que la qualité est toujours bonne, ces robots sont candidats au remplacement", déclare Thomas De Paepe, responsable de la fabrication et de la soudure.

Lors du choix favorable à Valk Welding comme fournisseur attitré pour la robotisation du soudage, les possibilités de programmation hors ligne furent, à cette époque, décisives pour CNH Industrial. "Valk Welding était le seul à l'époque à pouvoir le faire", se souvient Bart Dedeurwaerder, ingénieur industriel et spécialiste du soudage et des robots. "Alors que nous ne pouvions fabriquer les gabarits de soudage qu'une fois toutes les pièces développées, nous pouvions déjà débuter la programmation avec le logiciel de programmation hors ligne DTPS lors la phase d'ingénierie. Cela nous a permis de réduire le délai de mise sur le marché d’un nouveau modèle de 6 mois. Depuis lors, plusieurs générations de commandes robot et du logiciel DTPS ont passé, ce qui a grandement simplifié la programmation et nous donne plus de contrôle sur le processus de soudage".

Bart Dedeurwaerder : "Moins d'espace nécessaire, moins de temps d'attente, une ergonomie plus favorable et un meilleur équilibre, grâce à World Class Manufacturing".

CNH Industrial

Que pouvez-vous faire de plus ?

Outre le sujet de la diversification des pièces à souder au robot, les responsables ont également porté un regard critique sur la production. "Si nous voulons rester compétitifs, il faut non seulement se concentrer sur la technologie, mais aussi examiner la façon dont on organise la production", souligne Thomas De Paepe. "Nous produisons en stock, afin que les produits soient prêts à temps pour l’assemblage. Dans ce cas, il peut y avoir des délais d'attente. Il est impératif de les réduire au maximum. Nous avons également examiné les heures non productives pendant lesquelles l'opérateur attend le robot de soudage. Pendant ce temps, l'opérateur pouvait aussi souder une pièce manuellement", explique Thomas De Paepe. "De cette façon, nous sommes constamment à la recherche de l'optimum.

À la recherche de l'équilibre

"Notre mission consiste à fabriquer un nombre définit de produits par jour. Il ne s'agit pas d'augmenter le nombre de pièces par jour, mais de faire preuve de souplesse. L'opérateur doit-il être flexible ou le robot ? Quel est le rendement du robot de soudage rapporté par heure et par m² ? En plus du robot de soudage, l'opérateur peut-il également souder manuellement ? Où se trouve l'équilibre ? Ce sont les questions que nous nous sommes posées dans le cadre du programme "World Class Manufacturing". Nous dressons le bilan des "pertes" et travaillons en permanence à l'amélioration du processus de production.

Pour cela, nous avons mis en place une nouvelle cellule où le tambour de séparation est entièrement produit. Dans un concept de "flux de pièce unique", les pièces sont immédiatement prises en charge par l'étape de production suivante, ainsi, il n'y a plus de temps d'attente. Comme les employés effectuent à la fois le soudage, l'équilibrage, le pesage et le montage du tambour, la pièce complète peut aller jusqu'à l'assemblage final". Avantages : moins d'espace requis, moins de temps d'attente, plus d'ergonomie et un meilleur équilibre car l'opérateur du robot de soudage soude entre-temps une pièce manuellement", expliquent les employés.

Prochaine étape : MIS

"Dans le cadre du déploiement d'Industrie 4.0 dans l'atelier de soudure, nous voulons également avoir plus de contrôle sur la maintenance des robots de soudure. Pour cela, nous devons recueillir toutes les données permettant de visualiser l'état des robots, tant au niveau technique qu'au niveau des performances. Avec le système de gestion des informations (MIS) de Valk Welding, nous pouvons donner corps à ce projet. Pas à pas, nous avons de plus en plus de contrôle sur la production", selon les collègues Bart Dedeurwaerder et Geoffrey Geldhof.

CNH Industrial joue la carte de l'automatisation. En témoigne l'achat de deux nouvelles cellules robotisées, dont la première sera installée cette année. La deuxième cellule est attendue en février 2021. CNH Industrial est prête pour l'avenir et continue à investir.
www.cnh.com

Télécharger le Valk Mailing complet

Similaires

Contact

Nous réfléchissons avec vous pour trouver des solutions à vos problèmes d'automatisation (de soudage). Nous recherchons la connexion et préférons être un partenaire plutôt qu'un fournisseur.